La semaine dernière, les militaires de la BANI ont enlevé les bornes implantées le 15 mars dernier sur le terrain du Club nautique Ivato.

Un nouveau scandale au niveau de l’Armée malagasy. La Base Aéronavale d’Ivato risque d’être expulsée des lieux. En effet, d’après nos investigations, une partie de ce camp militaire a déjà été vendue à des particuliers. En ayant vérifié l’information auprès du Service des Domaines d’Ambohidratrimo, nous avions pu constater que le certificat juridique est déjà inscrit au nom d’un particulier. Pas plus tard que la semaine dernière, des militaires ont enlevé les bornes installées il y a un mois et demi sur le terrain du Club nautique Ivato. Le 15 mars dernier, des individus qui se sont présentés comme des techniciens du Ministère en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement, ont fait irruption au Club nautique, un domaine appartenant pourtant à l’Armée malagasy, pour effectuer une opération de bornage. Ils étaient accompagnés durant cette « descente » par une femme qui s’est présentée comme la fille d’un haut gradé qui occupe une place importante au niveau de la hiérarchie militaire. Pourtant, ni les responsables du Commandement au niveau de la BANI, ni ceux du Club nautique n’ont été avisés de la venue de ces « techniciens » du M2PATE qui n’ont présenté aucun mandat ni autorisation officielle. Une situation qui a provoqué à la fois un sentiment de colère et de frustration dans les rangs des hauts responsables militaires. Considérant cette « descente » comme un accaparement de terrain, les militaires de la BANI ont décidé d’enlever les bornes. D’autant plus que d’après les vérifications au niveau du Service des Domaines, le titre appartient toujours à l’Armée malagasy en ce qui concerne le Club nautique. Par contre, pour ce qui est de la Base aéronavale d’Ivato, une partie du terrain est bel et bien titrée au nom d’un particulier.

Enquête. Pour l’heure, l’on ignore qui a mis en vente ce camp militaire qui est pourtant très stratégique en matière de défense nationale, pour ne citer que le fait qu’il soit implanté à côté de l’aéroport international d’Ivato et de la base où le président de la République a l’habitude d’embarquer et de débarquer pour ses déplacements aussi bien nationaux qu’internationaux . Des hauts gradés réclament l’ouverture d’une enquête sur cette affaire au niveau du Bureau Indépendant Anti-Corruption. Certainement, la femme qui s’est présentée comme la fille d’un haut gradé, et que les militaires de la BANI ont d’ailleurs reconnu, pourrait apporter des informations concrètes sur cette mise en vente d’un camp militaire. D’après nos investigations, l’année dernière, des individus ont également implanté des bornes dans l’enceinte même de la Base Aéronavale d’Ivato. Des bornes que les militaires de la BANI ont arrachées au lendemain de leur installation. Nul n’ignore que depuis quelques années, l’Armée malagasy est en train d’être dépouillée de son patrimoine. Véhicules, terrains, cités militaires sont entre autres, mis en vente. Pour ne citer que le cas de l’Orangea d’Antsiranana qui a été mis en vente par un officier de l’Armée à des opérateurs économiques indopakistanais et français durant la période de Transition en 2011. Le Bianco va-t-il se saisir de l’affaire. Au propre comme au figuré.

Davis R

Midi Madagasikara

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.